Bimbo

J’avais 9 ans, quand j’ai rencontré Bimbo pour la première fois. Avec ma famille, je visitais le zoo de Peaugres. Depuis 3 ans, la grande fierté de l’établissement était Robin, le premier bébé Orang-outan de Sumatra né en France. Nous nous réjouissions de découvrir lui et ses parents Bimbo et Ushie. Continuer la lecture de « Bimbo »

Piégé

J’entrais en trompe dans la salle plongée dans l’obscurité. Je reculais dans un coin dos au mur face à la porte. J’attendis. Je sentais avec délice des frissons d’excitation remonter le long de mon échine. Mon cœur battait la chamade et ma respiration était saccadée. La course poursuite avait été longue et intense. Continuer la lecture de « Piégé »

L’ombre de Madjouba

Les rires méchants résonnaient dans la cour. Comme à chaque récré, Arnaud et sa bande profitaient que les maîtres et maîtresses regardaient ailleurs pour s’en prendre à Madjouba. Rien de physique. Juste des paroles moqueuses. Mais elles atteignaient l’enfant aussi violemment que des gifles. Son prénom bizarre, sa couleur de peau ébène, son accent truculent, tout était bon pour attirer les quolibets. Les attaques étaient pour la plupart bêtes et méchantes comme seuls les enfants osent formuler. Mais parfois les piques étaient plus construites dénotant d’un réel racisme. Chacun sait que dans la bouche des enfants réside souvent les idées de leurs parents. Continuer la lecture de « L’ombre de Madjouba »

Effet boule de rage ou comment à semer le vent, on récole la tempête

Adrien

Dans mon coin, je suis seul à boire ma bière. Les gens ne sont pas à l’aise avec mon métier de médecin légiste. Puis comme d’hab, Jules parle sans arrêt, accaparant toute l’attention, surtout celle des filles. Elles sont toutes là, béates comme des carpes qui gobent des moucherons. Je fulmine à le regarder tout le temps lisser sa barbichette blonde d’un geste de la main. On dirait Gollum, qui caresse son précieux. Continuer la lecture de « Effet boule de rage ou comment à semer le vent, on récole la tempête »

Henri

Comme la nuit tombait, Gilles se décida à rentrer. Bientôt les sous-bois seraient trop sombres pour retrouver son chemin. La nuit serait sans lune. Il atteignit la clairière alors que les ombres s’allongeaient vers la petite cabane. Voilà déjà plusieurs mois qu’il y séjournait seul. Avant d’entrer, il démarra le groupe électrogène. Le bruit et l’odeur remplirent instantanément l’espace, repoussant la quiétude agréable de la nature environnante. Gilles grimaça et se réfugia à l’intérieur. Il alluma son ordinateur et reporta les résultats de ses recherches de la journée. Dans quelques jours, il aurait fini d’explorer la région Ouest entre le ruisseau Apika et la crête Dolée. Ces noms, Gilles ne les avait pas choisis. Il les avait trouvés dans les notes d’Henri. Continuer la lecture de « Henri »