Inktober Jours 29, 30 et 31 : Chaussures, menaçant et ramper

Bonnie et Wispy atterrissent lentement de leur voyage sentimental et mémoriel. Ils sont heureux. Wispy suggère :

– Partons de cet endroit déprimant.

– Mais je ne peux pas. Les gens ont peur de moi. Ils me détesteront.

– Eh bien ! Nous irons ailleurs. J’ai vu un poisson lumineux à huit tentacules, des soldats affrontant l’eau salée, une reine rongeur espiègle jouant avec les désirs des autres, un puits exauçant des souhaits contre des dents, un casque qui garde tous les souvenirs. J’ai entendu parler d’une ancienne civilisation de cuirassés et de démons sortant des brumes. J’ai même rencontré des créatures en tous points différentes de moi qui m’ont aidé sans rien demander en retour. Dans ce monde de fous, pourquoi un feu-follet à la tête de linotte et une squelette douée de conscience ne pourraient-ils pas y trouver leur place ?

Wipsy brille de la lueur verte de l’espoir. Bonnie sourit. Cette fois-ci, elle ne soufflera pas cette flamme-là.

– Très bien. On part.

Le temps pour Bonnie d’attraper son épée et d’enfiler des chaussures — cadeau des derniers pilleurs de tombe — ils sont partis… suivis par le chef.

 

Bonnie et Wispy avancent depuis plusieurs heures quand le chef se dresse soudain sur leur chemin. Menaçant, il exige la vie de Wispy. Bonnie s’interpose brandissant son épée. L’escarmouche s’engage dans une belle chorégraphie d’os, d’épée et de hache s’entrechoquant.

Le combat est déséquilibré. La squelette est une véritable guerrière tandis que le chef n’a jamais qu’affronté l’océan. L’ancien soldat est désarmé et jeté à terre en deux instants. Bonnie s’apprête à le briser, quand il rampe à ses pieds et implore sa pitié. Il explique que cela fait déjà longtemps qu’il a renoncé à faire du mal à Wispy. Mais s’il ne le poursuit pas que ferait-il ? Toutes les personnes qu’il a connues sont mortes et sa famille a poussé de hauts cris quand ils ont vu un squelette sur le pas de leur porte. Son petit-fils l’a fait fuir. Alors courir après Wispy est un but comme un autr. Pour lui, le seul en vérité.

Indécise, Bonnie ne baisse pas son arme. Wispy propose :

– Laissons-le venir avec nous.

– Mais il t’a manipulé pendant sa prétendue guerre et poursuivi pendant des semaines !

– Oh Bonnie ! N’as-tu pas toi aussi était méchante avec moi sous le coup du désespoir et de la peur ? Cela pourrait être cela notre fin. Aider les âmes perdues que nous rencontrons.

Après quelques secondes de réflexion, Bonnie baisse son arme et tend la main au chef.

Fin


Pour les autres jours, c’est par ici.

 

Une réponse sur “Inktober Jours 29, 30 et 31 : Chaussures, menaçant et ramper”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *